Publié par Laisser un commentaire

1/4 Primevères et madeleines !

Longtemps, j’ai cru que le jardin d’ombre (ou plutôt de mi-ombre) était un jardin peu fleuri. Il fallait s’y contenter des crocus printaniers, puis, plus tard, des hampes d’hostas (que certains aiment tellement… qu’ils les mettent au compost. Ceci dans le meilleur des cas). Les heuchères ou les astilbes aussi nous font de petites explosions roses ou blanches, bref, rien pour pâmer la jardinière. Bien sûr, j’exagère, il y a quelques beautés (Cimicifuga, Corydalis…).

Il faut savoir aussi que, fraîchement immigré de France, un « ami » agronome québécois m’avait dit que, dans notre coin perdu de Lanaudière, aucune fleur ne survivait, sauf les Pieds-d’alouette, les Pivoines aussi, ouf !!! Pourtant, un jour, parce que je suis nostalgique, et que je fonds dès qu’on me parle de madeleines et de joies enfantines, j’ai eu envie de primevères au jardin. Ma visite aux Jardins de Métis peu avant n’est pas étrangère non plus à ce début de folie.

Le genre Primula recouvre plus de 400 espèces, mais de ma jeunesse, je retiens la Primula acaulis (ou vulgaris) une fleur jaune-beurre, simple, au bout d’une tige. La seule primevère digne de ce nom pour ma mère, la primevère des talus normands, amoureuse des sols acides. Un ton tellement particulier, qui évoque la fragilité printanière.

Primula ‘Traditional Yellows’ (20/05/2016)

Il y a aussi le coucou de mon adolescence poitevine (Primula veris), au jaune plus soutenu de bouton d’or. Plus florifère mais moins romantique aussi, il préfère les talus plus alcalin. Du coucou, on appréciera les descendants aux tons flamboyants P. ‘Coronation Cowslips’ ou le fabuleux P. veris Hose in Hose ‘Lord Alfred’.

 

Primula veris Hose in Hose ‘Lord Alfred’ (25/05/2017)

Bien avant, nos ancêtres, ou du moins leurs contemporains anglais, savaient déjà que les différents types de primevères pouvaient s’hybrider sans trop de difficultés. Tellement qu’ils ont réussi à créer une nouvelle « espèce », la primevère polyantha, un mélange de plusieurs espèces européennes qui donna une fleur plus grosse et surtout déclinée en de multiples couleurs.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *