Publié le

Ô temps, suspends ton vol !

J’aurai pu aussi choisir comme titre : « Je cours comme une poule pas de tête ». Mais, avouons-le, c’est moins romantique que ce début de vers de Lamartine.

Or, en ce solstice d’été, qui est aussi jour anniversaire de mariage, de Gervais et moi, c’est un bon moment pour s’arrêter un peu. Réfléchir. Après tout, c’est le jour le plus long. Alors profitons de ces quelques secondes supplémentaires.

Mon esprit revisite ces 6 (et +) derniers mois et je me dis qu’il s’en est passé bien des choses.

Cela a commencé par les semis à la mi-novembre, mais, là, rien de plus (ou à peine plus) que les années précédentes. Il faut bien s’occuper car l’hiver est long : le temps suspend vraiment son vol… au pire moment de l’année. Heureusement 2 visites françaises nous ont permis de réchauffer ces journées glaciaires.

Les voyageurs repartis, les semis croissant, il a bien fallu que je me rende à l’évidence : j’aurai bien plus de plants que je ne peux en mettre dans de nouvelles plates-bandes. Puisque j’y tiens étalage depuis 2 ans, je savais que je peux en écouler plusieurs dizaines à la vente des Herbos à Longueuil. Mes nouveaux amis de la Société Horticole et d’Environnement de la Matawinie étaient aussi une bonne cible pour donner des surplus que je ne me résigne jamais à mettre au compost.

Me vint alors l’idée salvatrice (pour moi et les plants) de créer ce blogue et cette micro-boutique. La technologie m’a beaucoup aidé pour rapidement mettre en place le site. Mon chum m’a épaulé pour les trucs un peu trop complexes. Barnhaven m’a autorisé gracieusement à utiliser leurs photos. Et la machine s’est mise en marche.

Mes amies et les gars aussi m’ont bien aidé à me faire connaître. Vous vous reconnaîtrez, merci à chacune et chacun d’entre vous.

Finalement, mon plus « gros client » m’a connu suite à une publication de Barnhaven, en France, alors qu’il habite à 45 minutes de chez nous…

Mais, mon but premier était, et reste encore, de faire connaître ce merveilleux monde des primevères. Je pense avoir réussi de ce côté, car je n’ai eu que de bons commentaires.

Actuellement, c’est le commencement de floraison pour les primevères estivales…

 » Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices !
Suspendez votre cours :
Laissez-nous savourer les rapides délices
Des plus beaux de nos jours !

(Alphonse de Lamartine)

Enfin, les contemplations (excuse Victor), ce sera dès que j’aurai fini mes 2 nouvelles plates-bandes pour accueillir mes petits-bébés.

Il sera alors le moment de se reposer à Métis-sur-Mer, les fesses sur un transat à regarder les bateaux sur le Fleuve. Ô temps…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *